Lorsque les architectes et les planificateurs parlent avec nous, les constructeurs bois, ils nous posent souvent les mêmes questions. Quel type de construction (en dur, en bois ou construction hybride) convient le mieux, selon le projet? Que coûte une maison en bois? Comment entretient-on des façades en bois? Lisez dans notre blog les réponses aux dix questions les plus fréquemment posées.

1. Quelles sont les limites imposées à l’architecture? De quoi faut-il éventuellement tenir compte? 

Le vocabulaire architectural d’un projet reflète les pensées et les souhaits de l’architecte et des maîtres d’ouvrage et montre donc le caractère particulier du projet. Compte tenu de l’état actuel de la technique relative aux systèmes de construction bois, il n’y a presque pas de limites concernant la réalisation de ces souhaits. Une répartition standardisée des supports, par exemple, n’est pas nécessaire. Il faut distinguer la direction de tension et le niveau de détail de la construction bois de ceux de la construction en dur. Ils sont, en mettant les choses au mieux, déjà intégrés par l’architecte lors de la phase de conception. Les réflexions concernant les travées, la planification des gaines techniques, le standard énergétique à atteindre et les surfaces intérieures jouent en faveur de la réalisation du projet. Nous savons par expérience que des conseils donnés le plus tôt possible en matière de construction bois permettent de répondre à ces questions. 

2. Quelle est la durée de vie d’une maison en bois? 

La plus vieille maison de Suisse, datant de 1287, est en bois. Elle montre que la durée de vie d’une maison en bois est très longue. 

La durée de vie de la structure porteuse d’une maison en bois dépasse largement 200 ans. Toutefois, l’utilisation des bâtiments ne demeure souvent constante que durant vingt ans. C’est très court, en comparaison de la longévité d’un bâtiment. La question à poser serait plutôt: quelle est la durée de vie voulue? 

Il est important que la construction soit parfaitement exécutée afin qu’il n’y ait pas de dégradations. Un système tel que celui que nous utilisons, certifié par l’Association pour des maisons de qualité homologuées (VGQ), permet de garantir cela. 

3. La construction bois est-elle plus avantageuse ou plus chère que la construction en béton? 

Tout d’abord, il faut comparer ce qui est comparable. Définissez les prestations que vous comparez. Il y a diverses normes de réalisation avec les deux systèmes de construction. Une construction à petit ou gros budget n’a rien à voir avec le choix du système de construction, mais avec les conditions-cadres établies. Quel est le niveau du standard de construction? Quelles sont les prestations complémentaires? Quelles sont les dimensions des pièces? 

D’après notre expérience, la réduction ou le supplément de frais concernant la construction d’une maison en bois se situe entre 0 et 3%. Cela doit être défini avec chaque projet de construction. 

Si l’on prend en considération le coût du cycle de vie (construction, entretien, démolition), le système de construction bois est généralement plus avantageux que la construction en béton. Toutes les prestations nécessaires sont comprises dans ces frais, de la fabrication des matériaux de construction à la démolition et à l’élimination. 

La planification est déterminante. Si un projet est conçu en fonction de la construction en béton, une réalisation en bois peut éventuellement s’avérer plus chère. C’est pourquoi nous recommandons aux architectes et aux maîtres d’ouvrages de se décider dès la phase de planification pour un mode de construction (ou pour un mélange, c’est-à-dire une construction hybride). 

4. Un prix approximatif par mètre carré peut-il être indiqué? 

On pourrait théoriquement donner un prix par mètre carré ayant trait à la construction. Toutefois, les frais annexes - grue, transport, raccordements etc. - ne seraient pas englobés dans les calculs et ne permettraient pas de donner une réponse se rapportant au projet. Pour évaluer le coût d’un bâtiment réalisé avec un système de construction bois, il faut introduire dans les calculs d’autres facteurs afin d’obtenir un prix significatif. Les dimensions, la complexité et des mesures d’ordre statique en font partie. Ces facteurs, qui ont une influence sur les coûts, varient d’un projet à l’autre et doivent être définis cas par cas. 

Nous avons fait ces dernières années de très bonnes expériences avec nos évaluations de coûts - que nous ne facturons pas. 

5. Les frais d’entretien sont-ils plus élevés qu’avec une construction en dur?

Il ne s’agit pas seulement, avec les travaux d’entretien, de maintenir en bon état les matériaux de construction, mais aussi de préserver la valeur du bâtiment qui diminue, sinon, avec le temps. Ces travaux concernent tous les types de constructions et dépendent plutôt de la taille du bâtiment, de la qualité de la construction et des surfaces intérieures et extérieures que de l’utilisation de la structure porteuse. 

6. Qu’en est-il de l’isolation thermique en été? 

Une prise en considération des éléments de construction uniquement, c’est-à-dire la réduction d’amplitude et le déphasage, n’a pas de sens aujourd’hui pour la détermination quantitative de l’isolation thermique estivale et ne débouche pas sur le bien-être souhaité. Avec les standards d’isolation actuels, la valeur U des éléments de construction est tellement bonne qu’aucune charge de chaleur déterminante ne peut envahir les pièces. Ce sont en fait d’autres facteurs tels que les vitres, l’orientation des fenêtres, la protection solaire, le mode de ventilation, les appareils et le nombre d’occupants qui jouent un rôle significatif en été sur le plan du confort. Il faut tenir compte de l’influence de ces facteurs dès la phase de planification afin de réduire le plus possible les charges de chaleur et de les évacuer dans le cadre de l’utilisation du bâtiment. Les deux facteurs ayant la plus grande influence en matière de construction sont la protection solaire et la capacité de stockage du bâtiment qui est atteinte dans la construction bois par la chape. Outre les conditions ayant trait à la construction, c’est le comportement des utilisateurs qui est essentiel, ce qui signifie: une commande intelligente de la protection solaire ainsi qu’une ventilation ciblée, surtout la nuit. Il ne faut pas oublier l’influence des appareils et de l’éclairage – il n’y a alors plus d’obstacles pour la création d’un climat agréable en été. 

7. Combien de temps dure un revêtement de façade en bois? 

Une planification correcte et une bonne réalisation des détails, combinées avec des contrôles périodiques et un éventuel entretien, représentent l’alpha et l’oméga. On évite ainsi les dégradations ayant des conséquences sur la fonctionnalité du revêtement de façade. Le choix du bois, le système de traitement de la surface et la définition des détails (par ex. la distance par rapport au sol) sont importants. Avec l’entretien approprié, vous pouvez compter sur une longue durée de vie. Les besoins et souhaits des maîtres d’ouvrages varient selon les projets. Des conseillers expérimentés peuvent être ici d’une grande utilité. 

8. A quels intervalles faut-il entreprendre des travaux d’entretien pour une façade traitée? 

Le traitement de la surface doit répondre à des exigences diverses – protection contre le vent et les tempêtes, la pluie, la neige et le soleil, notamment. De plus, son aspect doit correspondre à la conception de l’ensemble. La situation du bâtiment, l’orientation, l’environnement proche et, bien entendu, la protection constructive du bois jouent aussi un rôle essentiel. Il y a donc de très nombreux facteurs ayant une influence sur le traitement et l’entretien et, par conséquent, sur la périodicité des traitements ultérieurs. On peut habituellement parler d’intervalles se situant entre cinq et dix ans. 

9. Une couche imperméable à la vapeur et à l’air est-elle nécessaire? 

Il faut d’abord savoir quel type de construction - ouverte à la diffusion ou pas - on compte privilégier. Un pare-vapeur n’est pas indispensable si on choisit un bâtiment ouvert à la diffusion. La construction doit être conçue en conséquence et contrôlée par un physicien du bâtiment qui donnera son accord. 

L’étanchéité à l’air doit, quel que soit le bâtiment, correspondre à la norme SIA 180. Elle est d’une grande importance lorsqu’il s’agit de répondre aux exigences en matière d’énergie et d’éviter les dégradations de la construction. D’une manière générale, elle permet d’éviter que l’air chaud intérieur ne s’échappe par les joints et raccords de l’enveloppe extérieure et que l’air froid extérieur ne pénètre à l’intérieur. Tous les raccords concernant d’autres éléments de construction tels que les fenêtres et les portes doivent, par une conception et une réalisation appropriées, être imperméables à l’air. 

Dans de nombreux cas, on prévoit une couche faite d’un seul matériau combinant l’imperméabilité à la vapeur et à l’air. Ce pare-vapeur empêche l’humidité de l’air intérieur de pénétrer dans l’isolation thermique du bâtiment. La formation d’eau de condensation dans la couche isolante est ainsi évitée. 

10. Et pour ce qui est de la protection incendie dans une construction en bois? Le risque d’incendie est-il plus grand que dans un bâtiment construit en dur? 

La Suisse a, sur le plan international, un des standards de sécurité concernant la protection incendie les plus élevés. Il est principalement basé sur les prescriptions de protection incendie de l’AEAI (Association des établissements cantonaux d’assurance incendie). Depuis le 1er janvier 2015, une nouvelle norme de protection incendie, qui définit les mêmes conditions-cadres pour la construction en dur et la construction bois, est en vigueur. Elle permet la réalisation de bâtiments en bois plus hauts. Ceux-ci peuvent atteindre maintenant une hauteur de 100 mètres (buildings), ce qui représente environ 30 à 35 étages. Tous les bâtiments peuvent, quelle que soit leur utilisation, être construits en bois. 

Le risque d’incendie dans les bâtiments est le plus souvent lié au contenu (mobilier, rideaux etc.). Alors non: le danger n’est pas plus grand avec une construction en bois qu’avec les autres constructions. 

D’autres questions relatives à la construction bois? 

Vous n’avez pas obtenu toutes les réponses souhaitées? Vous avez d’autres questions à poser? Contactez l’un de nos conseillers techniques responsables des projets.

Commentaires pour
«Les dix questions que les architectes posent le plus souvent sur la construction bois»

Commentaires (0)

Ecrivez un commentaire